Toufik-de-Planoise

Un Ours qui parle, et qui écrit aussi.

En marge du Huit-Mai, une délégation comtoise rend hommage à des dignitaires nazis

En marge des commémorations du Huit-Mai 1945, une soixantaine d’activistes ultranationalistes se sont retrouvés en Alsace samedi dernier. Dans leurs rangs, une délégation comtoise était présente. Mais de ce côté là du spectre, les honneurs rendus l’ont été pour les combattants Waffen-SS. Une soirée flambeaux, bières et chansons, sur fond d’étendards reprenant les insignes du IIIe Reich, afin d’honorer les dignitaires de la division Charlemagne.
Lire la suite »En marge du Huit-Mai, une délégation comtoise rend hommage à des dignitaires nazis

Chants racistes, croix gammées, expéditions punitives… immersion dans les rangs de Génération Z Bourgogne/Franche-Comté

Mouvement de jeunesse du parti « Reconquête ! » lancé fin 2021 par Éric Zemmour et ses soutiens, « Génération Z » s’est également implanté en Bourgogne/Franche-Comté. Mais au-delà des discours et des meetings calibrés, nous avons découvert une arrière boutique bien moins présentable : connivence avec des néonazis notoires, poses avec le terroriste Maxime Brunerie, diffusion de chansons antisémites, réalisation de graffitis reprenant la croix gammée, menaces sur les réseaux sociaux, camps d’entraînement en plein air, opérations collages en armes et cagoules, attaques de réunions de gauche, militants condamnés ou poursuivis pour des atteintes sexuelles, des violences volontaires aggravées et des profanations de mosquées… un palmarès aussi terrible que fulgurent. Organe politique, ou prémices d’une milice ? À Dijon et Besançon, enquête sur le nouveau visage de l’extrême-droite.Lire la suite »Chants racistes, croix gammées, expéditions punitives… immersion dans les rangs de Génération Z Bourgogne/Franche-Comté

Besançon : le meeting de Philippe Poutou attaqué par des néonazis

Alors que le candidat anticapitaliste haranguait les foules ce mardi 9 mars à Besançon, une formation ultranationaliste a tenté de s’attaquer à son meeting. La soirée n’aura finalement pas souffert de l’incident : les mis en cause, peinant à violenter un participant plus résistant que prévu, ont préféré fuir à l’arrivée de la sécurité. Deux suspects ont toutefois été identifiés, le premier étant membre d’un groupuscule néonazi et le second militant actif de Génération Zemmour. Un assaut qui survient quelques jours après un précédent, impliquant les mêmes individus cette fois à la sortie d’une réunion Mélenchoniste… quid d’une chasse aux « gauchistes » dans la capitale comtoise ?

Lire la suite »Besançon : le meeting de Philippe Poutou attaqué par des néonazis

Besançon : le commissariat de la Gare-d’Eau lourdement mis en cause par des victimes de violences sexistes et sexuelles

Alors que la capitale comtoise a été secouée par deux féminicides et une tentative en quelques semaines, les Autorités locales se sont empressées d’exhorter toute victime à venir déposer plainte auprès des services de police. Mais les conditions sont-elles vraiment toujours réunies, le personnel réellement formé en ce sens, les plaignant.e.s systématiquement écouté.e.s ? Absence de confidentialité, lenteurs procédurales, services spécialisés inopérants, découragements et refus réguliers d’enregistrement, remarques parfois déplacées, réprobatrices ou culpabilisantes, jusqu’au détournement de données et harcèlement commis par un uniforme… C’est l’expérience que racontent cinq témoins, exposant de graves dysfonctionnements internes. Enquête.
Lire la suite »Besançon : le commissariat de la Gare-d’Eau lourdement mis en cause par des victimes de violences sexistes et sexuelles

Pontarlier : policiers et médias auraient-ils « maquillé » une bavure ?

Ce week-end la presse locale et même nationale s’est penchée sur le cas d’un accident de la route, survenu vendredi dernier dans la ville de Pontarlier. Un conducteur a en effet été lourdement encastré par une équipe de police, et se trouve actuellement entre la vie et la mort. Si les conditions exactes de l’incident restent à déterminer, flics et médias ont immédiatement communiqué afin de dédouaner les agents de tout soupçon de faute. Quitte à faire dans le n’importe quoi. Emma Audrey, grand reporter à radio BIP/Média 25, a décortiqué ce naufrage.

Lire la suite »Pontarlier : policiers et médias auraient-ils « maquillé » une bavure ?

Dijon : un meeting pro-Zemmour sous tension

Ce samedi 29 janvier à Dijon, une réunion était organisée par le comité de soutien à Éric Zemmour. Si le candidat n’était pas présent, deux à trois-cents militant.e.s se sont retrouvé.e.s. Un événement encadré par une forte escorte policière, mobilisée avec l’appel à un contre-rassemblement antifasciste. Ils et elles étaient certes deux fois moins nombreux qu’à l’intérieur du bâtiment visé, mais déterminé.e.s à « lutter contre l’extrême-droite. » À peine le cortège a t-il approché les escadrons, qu’une brève mais vive bataille s’est engagée. Une séquence-test pour ces protestataires, qui promettent de redoubler d’efforts si le prétendant à l’Élysée venait à passer par la capitale des Ducs.
Lire la suite »Dijon : un meeting pro-Zemmour sous tension

Besançon, chronique d’un gilet jaune ordinaire

Kevin était un gilet jaune de Besançon, aussi modeste que ses compères d’infortune. Si il a toujours été un révolté, il a spontanément rejoint le mouvement un certain 17 novembre 2018. Et à l’instar d’une majorité de participants, il est venu exprimer son ras-le-bol contre la vie chère. Mais lors de l’acte 14 survenu le samedi 16 février 2019, sa vie bascule lourdement. Il n’aura certes pas le malheur de perdre une main ou un œil, ni d’être incarcéré. Mais durant cet épisode, il s’est retrouvé mêlé au saccage d’un radar automatique. Passant par là, un « journaliste » le filme en catimini et balance la scène telle-quelle. Identifiable, le jeune homme est rapidement interpellé. Pour le seul coup porté à l’appareil, il devra régler solidairement près de 30 000 euros de dommages. Une mise à mort économique et sociale. Récit.

Lire la suite »Besançon, chronique d’un gilet jaune ordinaire

Franche-Comté : l’Éducation Nationale crie son malaise

Un millier de protestataires étaient enregistrés ce jeudi à Besançon, et environ autant sur le reste de la Franche-Comté. C’est toute l’Éducation Nationale, notamment à travers une pléiade d’organisations syndicales, mais aussi les élèves et leurs proches, qui se sont retrouvés dans la rue. En ligne de mire, le Ministre Jean-Michel Blanquer et le Président Emmanuel Macron. Il leur est reproché la gestion de crise sanitaire, dont les protocoles et les moyens sont jugés chaotiques. Le reflet d’un malaise dans la profession, qui s’est amplifié avec le coronavirus.
Lire la suite »Franche-Comté : l’Éducation Nationale crie son malaise

Besançon : les syndicats étudiants vent debout contre l’implantation d’une formation d’extrême-droite à l’UFC

Si elle ne représente encore aucun poids électoral ou militant au sein de l’Université de Besançon/Franche-Comté, la « Cocarde Étudiante » pourrait néanmoins déjà faire l’unanimité contre elle. Constituée à partir de la rentrée 2021, cette formation d’extrême-droite et ses quelques membres multiplient les prises de positions véhémentes. Proche du « Rassemblement National » (RN), sa base s’avère presque exclusivement constituée de cadres issus du parti Lepéniste. Lesquels collectionnent aussi les dérapages, scandalisant aujourd’hui les autres syndicats. Enquête.

Lire la suite »Besançon : les syndicats étudiants vent debout contre l’implantation d’une formation d’extrême-droite à l’UFC

Besançon : 1 500 manifestants contre les mesures sanitaires

Ils étaient environ 1 500 à défiler ce samedi dans la capitale comtoise, suivant une reprise observée au plan national. Un défilé calme et pluvieux, qui contrairement à la tradition préfectorale s’est dispersé à son point de convergence initial place de la Révolution. Après un passage à vide ces dernières semaines, l’instauration du pass vaccinal et les propos jugés insultants d’Emmanuel Macron ont donc gonflés les rangs. Une nouvelle mobilisation est prévue le samedi 15 janvier prochain à Besançon, date des nouvelles restrictions visées. Le début d’une nouvelle vague de colère ?

Lire la suite »Besançon : 1 500 manifestants contre les mesures sanitaires

Ségur de la santé : près de 2 000 manifestants à Besançon

Deux cortèges étaient annoncés ce mardi 7 novembre à Besançon, dans le cadre d’une journée d’action nationale du social et du médico-social. Avec environ 500 participants comptés le matin auprès des syndicats et salariés, et 1 500 l’après-midi sous l’égide des employeurs et associations. Soit au total quelques 2 000 protestataires, sur la journée. Une déferlante significative, qui exprime aussi le malaise et le ras-le-bol de tout un secteur. Si la question du Ségur étaient bien sur en tête d’affiche, beaucoup exposaient surtout le sentiment d’une dégradation globale de leur métier : effectifs dangereusement en baisse, conditions de travail parfois inextricables, rémunération nettement insuffisante, mais aussi « sentiment d’épuisement » et « perte de sens. »
Lire la suite »Ségur de la santé : près de 2 000 manifestants à Besançon

En Bourgogne/Franche-Comté, deux visions féministes du 25 novembre

Avec un total d’environ six-cent manifestant.e.s, les cortèges de Besançon – le 20 novembre – et de Dijon – le 27 novembre – ont modestement mobilisés. Les militant.e.s présent.e.s. restent néanmoins plus que jamais déterminé.e.s à lutter contre toutes les formes de violences sexistes et sexuelles, quatre ans après la vague #MeToo. Ielles dénonçaient particulièrement le manque de réactivité des pouvoirs publics, dont l’engagement et les résultats sont jugés encore beaucoup trop timorés et/ou problématiques. Mais si la convergence est donc absolue pour mener à bien cette cause salutaire, il existe également d’importantes disparités conceptuelles et pratiques entre les deux métropoles. Sociologie des participant.e.s, modalités organisationnelles du mouvement, et place des minorités, en sont des aperçus. Simples contrastes, ou véritables oppositions de fond ?
Lire la suite »En Bourgogne/Franche-Comté, deux visions féministes du 25 novembre

Semaine féministe : à Besançon, la sororité s’arrête (encore) aux personnes trans’ et aux travailleuses du sexe

La « journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes » est, chaque 25 novembre, une date universellement célébrée. À Besançon depuis 2004, un collectif éponyme d’associations et d’institutions propose ainsi des projections, débats, ou encore rassemblements, afin de sensibiliser le grand public à la question. Si le dessein initial fait unanimité, certaines carences autrefois légion sont néanmoins aujourd’hui pointées du doigt. Nombre de structures et militant.e.s trans’ et travailleur.euses du sexe se sentent en effet marginalisé.e.s de la synergie mise en place, alors même qu’ielles figurent parmi les premières cibles d’atteintes verbales et physiques.
Lire la suite »Semaine féministe : à Besançon, la sororité s’arrête (encore) aux personnes trans’ et aux travailleuses du sexe

Les islamo-nationalistes de la diaspora turque s’organisent en Franche-Comté

Derrière des apparences communautaires, religieuses, ou sportives, certaines associations vouées à l’épanouissement des ressortissants et descendants turcs de Franche-Comté développent en parallèle un contenu fortement politique. AKP, MHP, et Loups Gris, trois organisations islamo-nationalistes majeures en Anatolie, forment également un panorama idéologique inévitable au niveau local. Avec, comme programme assumé, le mélange d’une vision rigoriste de l’islam et d’un nationalisme radical. Mais de cette réalité, rien ne filtre ou presque à l’extérieur. À tel point que candidats, élus et représentants, dont la maire Anne Vignot, se sont retrouvés à poser en marge de ces cercles. Le potentiel de tensions et d’exactions, notamment à l’encontre des populations kurdes et arméniennes, s’est pourtant avéré ces dernières années. Enquête.

Lire la suite »Les islamo-nationalistes de la diaspora turque s’organisent en Franche-Comté

La bibliothèque Pierre Bayle de Besançon, envahie contre le pass sanitaire.

Pass sanitaire : que s’est-il vraiment passé à la médiathèque Pierre Bayle de Besançon ?

Pour la dix-septième semaine consécutive de protestation contre les mesures et le pass sanitaire, à Besançon les manifestations se suivent et se ressemblent. Mais outre une détermination intacte et un léger regain numérique à noter, c’est surtout une polémique annexe qui va animer les débats sur ce sujet. Samedi 6 novembre vers 16h00, la médiathèque Pierre Bayle fut en effet brièvement envahie. Une manœuvre éprouvée dont les analyses liées auraient du rester au second plan de l’actualité, mais c’était avant que la maire Anne Vignot ne s’en mêle. Politiques et médias vont alors tourner la péripétie en affaire, s’évertuant à dépeindre l’événement plutôt banal en véritable débordement. Mais pour les seuls journalistes présents lors des faits, dont Kawa TV et radio BIP/Média 25, les circonstances n’ont pas tout à fait la résonance grandiloquente que certains avancent ou relaient.
Lire la suite »Pass sanitaire : que s’est-il vraiment passé à la médiathèque Pierre Bayle de Besançon ?

À Besançon, anti-pass sanitaire et gilets jaunes toujours dans la rue

Environ cinq-cent participants étaient recensés ce samedi à Besançon, principalement engagés contre le pass sanitaire. Si les effectifs ont chuté depuis la période estivale, la motivation reste quant à elle intacte. Les contestataires se sont invités aux Passages Pasteur, ainsi qu’au Musée des Beaux-Arts. Mais davantage que la question du virus et de ses effets, le social reste plus que jamais en filigrane. Bon nombre de ceux présents avait ainsi repris leur gilet jaune, dénonçant des salaires bloqués et un coût de la vie qui explose. Après la reprise des ronds-points et une marche aux flambeaux pour les soignants, la pérennité du mouvement reste cependant dans toutes les têtes.Lire la suite »À Besançon, anti-pass sanitaire et gilets jaunes toujours dans la rue

Face aux violences de l’extrême-droite, Lyon engage une riposte populaire

Plusieurs milliers de protestataires étaient dans les rues de Lyon ce samedi 23 octobre, dans le cadre d’un appel national visant à dénoncer les violences commises par des membres de l’extrême-droite locale. La capitale des Gaules est en effet considérée comme un « laboratoire » majeur de cette mouvance, qui multiplie depuis plusieurs années les implantations et expéditions punitives à caractère raciste et politique. Avec, à ce jour, pas, ou peu, de réactions concrètes de la part des Autorités. L’occasion d’exprimer un véritable ras-le-bol populaire, sous la forme d’une levée de boucliers unitaire, rassemblant habitants, organisations, partis, syndicats, et élus.

Lire la suite »Face aux violences de l’extrême-droite, Lyon engage une riposte populaire