LGBTQIAP+

Dijon : la Mairie est-elle vraiment « LGBT+ friendly » ?

La Municipalité de Dijon est réputée pour sa considération avant-gardiste quant à l’accès et à la défense des droits LGBTQIAP+, disposant du label « diversité » et multipliant les actions symboliques comme le déploiement de drapeaux arc-en-ciel en mai 2021. Mais derrière les bonnes volontés, certaines résistances semblent persister. C’est ce que nous expose T.R., qui le 14 juin dernier a été particulièrement mal reçu par un agent dans le cadre d’une procédure d’état civil. Exigence de documents optionnels, propos méprisants et discriminatoires, demande d’explications se soldant par une intervention de la police… si la Mairie indique avoir depuis présenté ses excuses et rappelé à l’ordre son fonctionnaire, deux courriers ont été envoyés au Maire François Rebsamen alors qu’une saisine du Défenseur des Droits et de la Justice est désormais envisagée.

Lire la suite »Dijon : la Mairie est-elle vraiment « LGBT+ friendly » ?

En Bourgogne/Franche-Comté, deux visions féministes du 25 novembre

Avec un total d’environ six-cent manifestant.e.s, les cortèges de Besançon – le 20 novembre – et de Dijon – le 27 novembre – ont modestement mobilisés. Les militant.e.s présent.e.s. restent néanmoins plus que jamais déterminé.e.s à lutter contre toutes les formes de violences sexistes et sexuelles, quatre ans après la vague #MeToo. Ielles dénonçaient particulièrement le manque de réactivité des pouvoirs publics, dont l’engagement et les résultats sont jugés encore beaucoup trop timorés et/ou problématiques. Mais si la convergence est donc absolue pour mener à bien cette cause salutaire, il existe également d’importantes disparités conceptuelles et pratiques entre les deux métropoles. Sociologie des participant.e.s, modalités organisationnelles du mouvement, et place des minorités, en sont des aperçus. Simples contrastes, ou véritables oppositions de fond ?
Lire la suite »En Bourgogne/Franche-Comté, deux visions féministes du 25 novembre

Semaine féministe : à Besançon, la sororité s’arrête (encore) aux personnes trans’ et aux travailleuses du sexe

La « journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes » est, chaque 25 novembre, une date universellement célébrée. À Besançon depuis 2004, un collectif éponyme d’associations et d’institutions propose ainsi des projections, débats, ou encore rassemblements, afin de sensibiliser le grand public à la question. Si le dessein initial fait unanimité, certaines carences autrefois légion sont néanmoins aujourd’hui pointées du doigt. Nombre de structures et militant.e.s trans’ et travailleur.euses du sexe se sentent en effet marginalisé.e.s de la synergie mise en place, alors même qu’ielles figurent parmi les premières cibles d’atteintes verbales et physiques.
Lire la suite »Semaine féministe : à Besançon, la sororité s’arrête (encore) aux personnes trans’ et aux travailleuses du sexe